Les conseils pratiques

Devenir un bon kendoka de Tada Toshiyasu

1. Le kendo est une voie pour former la personnalité à travers l'entraînement du maniement correct du katana. Il faut, d'abord, apprendre du Kendo la politesse, le courage ainsi que les techniques pour arriver à maîtriser en même temps que les théories.

2. Conservez toujours votre enthousiasme de débutant. Au dojo ; soyez toujours un pratiquant courageux qui cherche à s'assimiler. Pour cela, ne perdez jamais votre enthousiasme de débutant même dans les moments pénibles. Apprenez docilement. Seul un Kendoka de bonne humeur, pur, qui cherche la voie peut réussir.

3. Un kendoka doit avoir des rêves et des espoirs. Pour réussir quoi que ce soit, il faut avoir des rêves et des espoirs. Le point de départ pour s'améliorer est de faire des efforts avec le rêve et l'espoir. Faire des efforts pour tendre vers ses aspirations est le début du progrès.

4. D'abord keiko, puis keiko, et enfin keiko. Même un excellent kendoka ne peut avoir confiance en lui-même sans un entraînement suffisant, a fortiori un Kendoka ordinaire. Le secret de l'amélioration est la quantité et la qualité des keiko.

5. L'état d'esprit à l'entrée du dojo décide de la qualité du keiko. Normalement on a tendance à avoir diverses pensées avant le keiko, comme « il fait chaud », « il fait froid », « je n'ai pas envie de faire keiko ». Il est donc important de se concentrer sur le kendo en entrant dans le dojo. Dans le dojo, regardez et écoutez bien pour acquérir autant de connaissances que possible.

6. Répétez chaque technique correctement et patiemment jusqu'à ce qu'elle devienne une habitude. Parler de la théorie n'aide en rien à son amélioration. Il faut faire des keikos pour corriger les mauvaises habitudes et intégrer les bons mouvements en répétant chaque technique jusqu'à ce qu'elle devienne une habitude.

7. Comportez-vous en keiko comme en shiai. Ne faites pas le keiko en dilettante simplement pour apprendre des techniques. Faites vos keiko de façon à pouvoir rester serein et faire comme d'habitude dans une situation particulière comme le shiai. En shiai, vous ne pourrez pas utiliser une technique, même simple, si vous n'en êtes pas capable en keiko.

8. Ayez l'habitude de crier fort (kiai). Cela donne du courage et fait aboutir vos techniques. Le cri qui vient du fond du ventre vous mène à la victoire. Le cri, c'est l'âme. Pour harmoniser l'âme, le ki et la force, il faut le kiai (cri fort).

9. Ayez l'habitude de vous forcer quand vous êtes épuisé(e) Quand vous êtes épuisé(e), vos techniques s'améliorent. Un kendoka doit avoir le courage de surmonter sa faiblesse. C'est en situation difficile que l'on apprend à connaître sa force. Si vous êtes épuisé(e), si vous avez du courage et faites des efforts, vous aurez un élan spécial. Dans l'épuisement, vous trouverez l'inspiration.

10. Ayez honte de ne pas vouloir faire plutôt que de ne pas pouvoir faire. Quand vous ne pouvez pas bien faire quelque chose, réfléchissez encore une fois à ce que vous faites. Ne faites pas d'erreur à cause d'un manque d'effort et d'attention. Faites des erreurs qui puissent vous aider à vous améliorer.

11. Réfléchissez aux défauts du soir même pour le progrès du lendemain. Rentrer chez soi sans avoir à réfléchir au keiko ou au shiai, cela ne sert à rien. Réfléchissez bien à ce que vous avez fait le jour même et préparez bien le keiko du lendemain (Idem pour les armures, le shinai, le keikogi).

12. Ayez votre specialité. Il est souhaitable qu'un kendoka acquiert des techniques particulières d'après son individualité. Pour cela, il faudrait être passionné au point de faire hitori-geiko.

13. Soyez un dévoreur de kendo. Comme le proverbe : « plus on aime plus on excelle », pour améliorer son kendo, il faut être un « dévoreur de kendo » en même temps qu'être motivé pour son apprentissage.

14. Même s'il est doué, un kendoka qui n'a pas de courage ni de caractère ne réussira pas. Ceux qui n'ont ni courage ni caractère ne peuvent pas tenir bon jusqu'au bout. C'est difficile pour ce genre de personne, mais il est possible de développer son courage. Il est important d'avoir du courage.

15. N'oubliez pas de cultiver votre vie privée et de vous entraîner en dehors du dojo. Il faut surtout éviter une alimentation mal équilibrée et le manque de sommeil. Non seulement dans le kendo mais dans la vie privée, un peu d'attention pourra vous aider à progresser. Par exemple, renforcez votre main gauche en l'utilisant lors des repas, en vous lavant les dents, en faisant votre toilette ; vous étirer après votre toilette pour devenir plus souple et pour reprendre des forces, suburi, hitori-geiko en dehors du dojo. Vous pouvez trouver des moyens.

16. Il faut respecter l'union des cœurs dans l'équipe. En équipe, le travail collectif est crucial. S'il n'existe pas, ce sera une foule désordonnée. Le total de la force de chaque équipier mène à la victoire. Il faut se souvenir qu'« un pour tous, tous pour un ».